Lectio Divina

Qu'elle est douce, la lecture de l'Ecriture Sainte, plus douce que toute prairie, plus agréable que le paradis, surtout lorsque la science s'ajoute à la lecture...

Saint Jean Chrysostome

Dimanche III de Pâques - Année A

À l’écoute de la Parole

En célébrant l’Eucharistie ce dimanche, nous sommes comme les pèlerins d’Emmaüs que Jésus rejoint dans leur désarroi (Lc 24). Il veut réchauffer notre cœur et nous donner la joie de croire en sa Résurrection.

C’est ce qu’a vécu un témoin très particulier, saint Pierre, dont nous lisons la première Lettre (1P 1) et dont nous écoutons la prédication à la Pentecôte (Ac 2). La Résurrection est ainsi source de vie pour les croyants.

⇒ Voir l’explication détaillée

Méditation : se laisser rejoindre par le Ressuscité

Nous ressemblons aux pèlerins d’Emmaüs et vivons aujourd’hui la même expérience du Ressuscité :

  1. Marcher avec Jésus pour retrouver l’espérance : nos cœurs sont lents à s’ouvrir à sa présence, mais il est vraiment là.
  2. La conversion par la messe : pendant la célébration liturgique, comme les pèlerins d’Emmaüs, nous écoutons la Parole puis célébrons l’Eucharistie, à travers lesquels Jésus nous convertit.

⇒ Voir la méditation complète

Bonne lecture, bonne prière ! P. Nicolas Bossu, LC

Pour aller plus loin

Lors de son premier voyage au Brésil, le pape François a rencontré les évêques et s’est livré à une analyse de la situation de la société et de l’Église, en adoptant le passage des pèlerins d’Emmaüs comme clé de lecture. On pourra ainsi relire avec profit cette partie de son discours, qui explique notamment :

« Avant tout, il ne faut pas céder à la peur dont parlait le bienheureux John Henry Newman : ‘Le monde chrétien est en train de devenir graduellement stérile, et s’épuise comme une terre exploitée à fond qui devient du sable’. Il ne faut pas céder au désenchantement, au découragement, aux lamentations. Nous avons beaucoup travaillé et, parfois, il nous semble être des vaincus, et nous avons le sentiment de celui qui doit faire le bilan d’une période désormais perdue, regardant ceux qui nous laissent ou ne nous considèrent plus comme crédibles, importants. »

Voir le discours entier.