lecture

Dimanche XV du Temps Ordinaire – Année C

Devenir un bon Samaritain sur les routes du monde

À l’écoute de la Parole 

Un joyau nous attend dans les lectures de ce dimanche : la parabole du Bon Samaritain (Lc 10). Elle n’est pas seulement un appel à pratiquer la charité envers le prochain : en elle se cache tout le mystère du Christ, venu sur cette terre pour incarner la miséricorde du Père. Qu’est-ce qui se cache derrière l’auberge où l’homme blessé est laissé en convalescence ?

Cette parabole illustre aussi le message du Deutéronome (première lecture) : « Elle est tout près de toi, cette Parole, elle est dans ta bouche et dans ton cœur, afin que tu la mettes en pratique » (Dt 30). Jésus est cette parole qui se fait proche par l’Eucharistie et qui nous anime à mettre en pratique la charité.

⇒ Voir lʼexplication détaillée

Pour aller plus loin

L’encyclique du pape François sur la fraternité et l’amitié sociale, Fratelli tutti, s’inspire largement de cette parabole et l’applique à nos difficultés modernes. On y lit par exemple :

« Un homme blessé gisait sur le chemin. Les autorités qui l’ont croisé n’avaient pas fixé leur attention sur cet appel intérieur à devenir proches, mais sur leur fonction, sur leur position sociale, sur une profession fondamentale dans la société. Elles se sentaient importantes pour la société du moment et leur urgence était le rôle qu’elles devaient jouer. L’homme blessé et abandonné sur la route était une gêne pour ce projet, une entrave, et par ailleurs il n’assumait aucune fonction. Il n’était rien, il n’appartenait pas à un groupe renommé, il n’avait aucun rôle dans la construction de l’histoire. Cependant, le généreux Samaritain a résisté à ces classifications étriquées, même s’il n’appartenait à aucune de ces catégories et était un simple étranger sans place spécifique dans la société. Ainsi, libre de tout titre et de toute charge, il a été en mesure d’interrompre son voyage, de changer de projet, d’être disponible pour s’ouvrir à la surprise de l’homme blessé qui avait besoin de lui. » (nº101)



.

  • Carl Heinrich Bloch Sermon on the mount