Lectio Divina

« Le feu est chaleur. La parole de Dieu ne doit pas être pour nous une théorie. Nous devons nous laisser réchauffer par elle afin de pouvoir en réchauffer d’autres. Nous avons à devenir chauds de la chaleur de Jésus-Christ, de l’énergie irradiante de sa bonté. Et le feu est sainteté… »

Cardinal Ratzinger

Dimanche VI du Temps Ordinaire - Année B

La main du Christ guérit nos lèpres

Les textes de ce dimanche évoquent la lèpre, cette terrible maladie interprétée comme un châtiment divin qui entrainait l’exclusion de la communauté et du culte. Jésus vient redonner son vrai sens à la pureté et montre qu’aucune lèpre, aucun péché, ne peuvent séparer l’homme de la miséricorde de Dieu.

A l’écoute de la Parole 

Aujourd’hui encore, nos sociétés mais aussi nos familles et nous-mêmes avons nos lépreux. Dieu nous demande de faire tomber ces barrières. Il nous invite aussi à reconnaître nos propres lèpres et à nous approcher avec confiance de Celui qui veut nous redonner pleinement la vie.

Méditation : la main de Jésus sur nos lèpres

Pour aller plus loin

Nous connaissons tous la fondation « Raoul Follereau » créée pour lutter contre la lèpre. On pourra découvrir un portrait saisissant de l’homme qui en est à l’origine, à la fois poète et guide d’âmes, écrit par Jacqueline de Romilly, ici :

Raoul Follereau est un exemple de charité universelle, et de réconciliation, qui disait par exemple :

« La lèpre, c’est un homme qui souffre et se désespère. A quoi bon l’arracher à la lèpre, si, dans notre cœur, il demeure un lépreux ? C’est pourquoi la bataille de la lèpre se livre sur deux fronts. Il s’agit de soigner les malades, de les rendre non contagieux, de les guérir. Mais il s’agit aussi de guérir les bien-portants de la peur absurde et parfois criminelle qu’ils ont de cette maladie et de ceux qui en sont atteints… »