Lectio Divina

« Le feu est chaleur. La parole de Dieu ne doit pas être pour nous une théorie. Nous devons nous laisser réchauffer par elle afin de pouvoir en réchauffer d’autres. Nous avons à devenir chauds de la chaleur de Jésus-Christ, de l’énergie irradiante de sa bonté. Et le feu est sainteté… »

Cardinal Ratzinger

Dimanche I de Carême - Année C

 

À l’école de Jésus pour le combat spirituel

À l’écoute de la Parole

Le Carême, un temps pour affronter les tentations avec foi et détermination : voici le message de la liturgie ce dimanche, alors que nous commençons notre montée vers Pâques. Jésus nous précède sur le chemin, il nous accompagne et nous soutient : l’évangile des tentations au désert (Lc 4) nous enseigne comment sortir victorieux de l’épreuve.

Ce récit nous renvoie à la foi d’Israël : les israélites renouvelaient l’Alliance avec le Seigneur chaque année, lors de la liturgie des « prémices » (Dt 26). Saint Paul nous montre pourquoi le chrétien doit lui aussi professer oralement son adhésion au Seigneur (Ro 10).

⇒ Voir l’explication détaillée

Méditation

Les trois tentations de Jésus résument, selon saint Luc « toutes les formes de tentation »: nous allons donc les méditer et en tirer des enseignements pour notre progrès spirituel.

⇒ Voir la méditation complète

Pour aller plus loin

Nous sommes en permanence exposés aux tentations de Satan, de façon ouverte ou cachée. Pour repousser toute tendance vers l’idolâtrie, il sera bon de relire ces numéros du Catéchisme (2110-2128) qui, en commentant le premier commandement (Tu n’auras pas d’autres dieux devant moi), illuminent bien des aspects de notre monde contemporain, à la lumière de la victoire de Jésus contre le démon. Serions-nous capables de définir puis déceler autour de nous les phénomènes comme la superstition, l’idolâtrie, la divination, l’irréligion, l’athéisme et l’agnosticisme ? « Le premier commandement interdit d’honorer d’autres dieux que l’Unique Seigneur qui s’est révélé à son peuple. Il proscrit la superstition et l’irréligion. La superstition représente en quelque sorte un excès pervers de religion ; l’irréligion est un vice opposé par défaut à la vertu de religion. »

Catéchisme de l’Église catholique, Tu n’auras pas d’autres dieux devant moi, nn.2110-2128 (disponible ici).