Lectio Divina

« Le feu est chaleur. La parole de Dieu ne doit pas être pour nous une théorie. Nous devons nous laisser réchauffer par elle afin de pouvoir en réchauffer d’autres. Nous avons à devenir chauds de la chaleur de Jésus-Christ, de l’énergie irradiante de sa bonté. Et le feu est sainteté… »

Cardinal Ratzinger

Dimanche XXIII du Temps Ordinaire - Année B

Le Christ guérit notre surdité spirituelle

Nouvelle infirmité, nouveau mode de guérison : un « sourd qui avait aussi de la difficulté à parler » est présenté à Jésus, qui accomplit, en sa faveur, un geste déroutant et le guérit.

À l’écoute de la Parole

À plusieurs siècles de distance, plongé dans l’obscurité de l’histoire, le grand prophète Isaïe avait annoncé l’action du Libérateur décrite dans l’évangile : « Alors se dessilleront les yeux des aveugles, alors s’ouvriront les oreilles des sourds… » (Is 35).

L’acte du Christ médecin y correspond littéralement : « Effata, Ouvre-toi ! » (Mc 7).

Voir l’explication détaillée

Méditation

La surdité physique est une image de notre surdité spirituelle, que le Christ vient guérir dans les sacrements. Lors de notre baptême, Il prononce de nouveau sur chacun de nous cette parole : « Ephphata ! »

Voir la méditation complète

Pour aller plus loin

La sollicitude de Jésus pour les infirmités humaines s’est transmise à ses disciples : l’évangile de ce dimanche est l’occasion de rappeler toute l’œuvre accomplie par l’Église en faveur des personnes sourdes. La première école pour les sourds-muets, par exemple, est l’œuvre d’un prêtre, l’Abbé de l’Epée (+1789), premier divulgateur du « langage des sourds », et dont on lira l’histoire ici.

Innombrables sont les institutions et congrégations (notamment féminines) qui, de par le monde, s’occupent des enfants handicapés ; mentionnons les « sœurs du Christ Rédempteur », fondées par le père Le Taillandier et Anne Boivent (en 1831), dont on lira une petite histoire ici.