Lectio Divina

Dimanche II de Pâques - Année A

À l’écoute de la Parole

Dimanche de la divine miséricorde : les lectures nous montrent différentes facettes de cette miséricorde divine qui jaillit du Cœur du Christ. Le Christ ressuscité montre ses plaies à Thomas l’incrédule (Jn 20), et confie à ses disciples le ministère de la miséricorde (« ceux à qui vous remettrez les péchés… »).

La première communauté chrétienne vit dans la communion grâce à la miséricorde (Ac 2), proclamant les œuvres du Seigneur (Ps 118) : « Éternelle est sa miséricorde ! » Nous commençons également une lecture de la première Épître de Pierre : « Béni soit le Dieu et Père de notre Seigneur Jésus Christ : dans sa grande miséricorde, il nous a engendrés de nouveau par la Résurrection de Jésus Christ d'entre les morts, pour une vivante espérance… » (1P 1, 3).

⇒ Voir l’explication détaillée

Méditation : la miséricorde à l’œuvre

La miséricorde jaillit du Cœur du Christ pour venir nous rejoindre. Nous sommes tentés de nous enfermer dans notre petit cénacle de nos sécurités humaines, comme les apôtres, mais le Christ vient rompre nos chaînes. Il se penche avec condescendance sur notre manque de foi, que saint Thomas incarne si bien, et nous invite à toucher ses plaies, pour faire l’expérience directe de sa nouvelle vie. Il se donne réellement à toucher dans l’Eucharistie, dans nos frères, dans nos communautés…

⇒ Voir la méditation complète

Bonne lecture, bonne prière ! P. Nicolas Bossu, LC

Pour aller plus loin

Le chemin vers la foi de saint Thomas a été bien difficile… Le pape Benoît XVI a voulu le reprendre comme une icône dans un message aux jeunes. Il y explique quelques points importants de notre vie spirituelle, qu’il sera bon de mettre en pratique ; on y lit notamment :

« Nous aussi nous voudrions pouvoir voir Jésus, pouvoir parler avec lui, sentir encore plus fortement sa présence. Aujourd’hui, pour beaucoup de personnes l’accès à Jésus est devenu difficile. Ainsi, de nombreuses images de Jésus sont en circulation, qui se prétendent scientifiques et lui retirent sa grandeur, la singularité de sa personne. C’est pourquoi, durant de longues années d’étude et de méditation, a mûri en moi l’idée de transmettre dans un livre un peu de ce qu’est ma rencontre personnelle avec Jésus : pour aider quasiment à voir, entendre, toucher le Seigneur, en qui Dieu est venu nous rencontrer pour se faire connaître. »

Benoît XVI, Message aux jeunes, à l’occasion de la journée mondiale de la jeunesse 2011 (4 : Croire en Jésus sans le voir).