Lectio Divina

Solennité du Saint Sacrement - Année B

Eucharistie : Le Christ verse son Sang

Pendant des siècles, la dévotion populaire a souhaité honorer du mieux possible cette fête du Saint-Sacrement : processions, messes solennelles, adoration.

Les lectures du jour nous révèlent que ce grand mystère était déjà préfiguré par l’Alliance du Sinaï (Ex 24) avant de se déployer pleinement, lors de la dernière Cène, comme l’Alliance nouvelle et éternelle (Mc 14).

La Lettre aux Hébreux nous introduit à une nouvelle théologie du sacerdoce : « Le Christ, grand prêtre des biens à venir… » (Heb 9).

À l’écoute de la Parole

L’Eucharistie présente diverses facettes toutes plus étonnantes les unes que les autres : transsubstantiation, présence réelle du Christ, mémorial de la Passion, banquet de communion, gage de la gloire future… Notre méditation suivra les lectures pour expliquer comment l’Eucharistie nous invite à partager le sacrifice du Christ. Son Sang versé nous invite à offrir le nôtre pour le Salut du monde.

⇒ Voir l’explication détaillée

Méditation : accompagner le Christ dans son sacrifice

En cette fête du Saint-Sacrement, toute l’Église est appelée à approfondir son amour pour le Christ présent dans l’Eucharistie. Processions, litanies, bénédictions, adorations silencieuses, messes solennelles, nous aident à manifester au Seigneur notre reconnaissance pour sa bonté si délicate 

⇒ Voir la méditation complète

Pour aller plus loin

En cette fête du Saint-Sacrement, nous pouvons reprendre la très belle prière « Anima Christi », du XIVe siècle, popularisée notamment par saint Ignace de Loyola. Voici quelques liens :

Une présentation de la prière sur wikipedia.

Une belle interprétation avec partition.

Une mise en musique par Lully

Une interprétation en chant grégorien

En voici le texte en français :

Âme du Christ, sanctifiez-moi,
Corps du Christ, sauvez-moi.
Sang du Christ, enivrez-moi,
Eau du côté du Christ, lavez-moi.
Passion du Christ, fortifiez-moi.
O bon Jésus, exaucez-moi.
Dans vos blessures, cachez-moi.
Ne permettez pas que je sois séparé de vous.
De l’ennemi défendez-moi.
À ma mort appelez-moi.
Ordonnez-moi de venir à vous,
Pour qu’avec vos saints je vous loue,
Dans les siècles des siècles.
Ainsi soit-il.